Jésus-par-Marie.net

Jésus-par-Marie.net

Le sens de la mort de Jésus sur la croix

2020-03-13-13-13-01

Résumé

La mort de Jésus sur la croix est un événement central dans la cosmologie de la Quaternité. En tant que Logos incarné, Jésus représente une composante divine s'immergeant dans l'expérience humaine. Sa crucifixion symbolise la rencontre entre le divin et le créé, où il porte les péchés de l'humanité et le poids du Non-Être. La croix illustre la tension entre le divin et la création, et entre l'Être et le Non-Être. Cet acte sacré n'est pas une fin, car la résurrection qui suit démontre la prédominance de la vie sur la mort. Cette victoire est un triomphe pour toute la Quaternité, indiquant une progression vers son individuation. Ainsi, la mort de Jésus est une transformation cosmique, signifiant l'amour, la réconciliation et l'évolution vers une harmonie complète au sein de la Quaternité accomplie.

 

Voir aussi

Le symbolisme de la croix

Le Non-Être

L'Être 

Le monde divin

Le monde spirituel ou imaginal

Le monde physique

L'individuation divine et humaine

Le credo de la Quaternité

Explication

La mort de Jésus sur la croix représente un moment clé qui transcende le simple événement historique pour devenir un élément central dans l'histoire cosmique de la Quaternité. Jésus, en tant que Logos incarné, n'est pas juste un homme, mais une manifestation de l'une des composantes de la Déité. Sa présence sur Terre n'est pas un accident, mais une étape nécessaire dans le plan divin.

 

En s'incarnant dans le monde physique, le Logos prend sur lui les limites et les souffrances de la condition humaine, y compris la mort. Mais ce n'est pas une mort quelconque ; c'est une mort qui a le pouvoir de transformer, de rédimer et de libérer. Sur la croix, Jésus est à l'intersection entre le monde divin et le monde créé, et il prend sur lui non seulement les péchés de l'humanité mais aussi le défi cosmique du Non-Être.

 

La croix elle-même devient un symbole puissant, représentant la tension entre le monde d'en haut (le divin) et le monde d'en bas (la création), et entre le Non-Être (la souffrance, la mort) et l'Être (la vie, la résurrection). La mort de Jésus sur la croix est le kairos, le moment décisif où le divin fait face à son propre Non-Être, son Ombre, et où la lutte éternelle entre ces deux forces atteint un point critique.

 

Mais ce n'est pas une fin en soi. La résurrection du Logos incarné symbolise la victoire de l'Être sur le Non-Être. Elle prouve que l'amour et la vie sont plus forts que la haine et la mort. Cette victoire n'est pas seulement pour Jésus ou même pour l'humanité, mais pour l'ensemble de la Quaternité. Elle marque un tournant dans la danse cosmique de l'Être et du Non-Être, une étape vers l'individuation et l'accomplissement de la Quaternité.

 

Dans ce contexte, la mort de Jésus n'est pas un échec mais une transformation, une ouverture vers une nouvelle phase de la cosmologie. Elle résonne à travers tous les niveaux de l'Être, du divin à l'humain et au créé, et ouvre la porte à une nouvelle étape de l'évolution de la Quaternité, une étape où l'harmonie, l'amour et l'individuation sont non seulement possibles mais inévitables.

 

En somme, la mort de Jésus sur la croix n'est pas une fin, mais un passage, un acte d'amour suprême qui réoriente et rééquilibre la tension entre l'Être et le Non-Être, et qui mène vers une réalisation plus complète de la Déité dans sa Quaternité.



26/10/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1812 autres membres