Jésus-par-Marie.net

Jésus-par-Marie.net

Qui s'abaisse sera élevé, qui s'élève sera abaissé !

69128823_166916517772985_2008097983421218816_o

 

L'un est un homme respectable et en vue, tout le monde admire ses beaux habits de pharisiens, signe qu'il respecte scrupuleusement la Loi non seulement morale, mais aussi les prescriptions de pureté rituelle et les diverses prières obligatoires.

 
En faisant tout cela, il fait partie des purs aux yeux de tous et vit séparé d'une manière stricte de tous les autres, les impurs.
 
Il ne les fréquente pas, ne mange pas avec eux, ne les touche surtout pas pour que leur impureté ne le contamine pas.
 
Et voilà que Jésus bouscule ces normes sociales indéfectibles depuis des siècles en admirant un publicain, un homme de rien, un pauvre type, un impur aux yeux de tous ces bien-pensants.
 
C'est un scandale ! mais n'a-t-il pas perdu la tête ce jeune rabbi ?
 
Mais finalement, ne sommes-nous pas souvent comme ce pharisien ?
Cette femme a eu un enfant sans être mariée, cet homme fait du trafic, celui-ci est animiste ou musulman, pire celui-là ne croit en rien. Heureusement, que MOI je respecte les commandements de Dieu et en plus je suis chrétien, la vraie religion qui sauve.
 
Est-ce que j'exagère ? Peut-être un peu, mais, moi le premier, ne devons-nous pas avouer que nous faisons aussi des différences entre les gens ?
 
Ne devons-nous pas confesser que sans nous en rendre compte consciemment, nous avons partagé notre monde en gens fréquentables, les purs et en personnes dont il faut s'éloigner au plus vite, les impurs ?
 
Pourquoi ce pauvre type est-il reparti en homme justifié et pardonné ?
 
Parce que Dieu a vu son coeur repenti et conscient de sa misère. Il a pris conscience de son néant devant son Dieu Saint et il a fait appel à sa miséricorde imméritée. Il a crié grâce !
 
Le pharisien n'a vu que sa justice illusoire avec ses bonnes pratiques religieuses et ses dévotions. Il a pensé que tout cela lui méritait d'être considéré par Dieu comme un juste. Il a cru que Dieu lui devait quelque chose par ses pratiques religieuses.
 
Le publicain savait qu'il ne méritait que la colère de Dieu, mais il a cru que sa miséricorde et son amour étaient plus forts.
 
Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. Luc 18,14b
 
Texte: Thierry Feller
 
 


31/10/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1871 autres membres