Jésus-par-Marie.net

Jésus-par-Marie.net

Ô Marie, Tu es l'air que je respire !

2020-10-23-17-12-04

 

J’ai plus de 62 ans et la plus grande partie de ma vie est derrière moi.

Voilà 42 ans que Jésus m'a saisi et 28 ans que Marie est entrée dans la vie de ce protestant évangélique que j'étais. Ces deux rencontres ont complètement bouleversé mon existence.
 
Mes expériences crucifiantes du passé ont été le terreau de ma vocation de passeur, aider d'autres à passer des caps importants pour eux
pour qu'ils découvrent de nouveaux horizons inespérés.
 
Je suis le veilleur sur la frontière et quand je le peux, je montre la direction vers le meilleur.
 
J’ai beaucoup appris de mes échecs cuisants et de mes mauvaises décisions.
Ces cailloux pointus qui m’ont blessé ont été transformés en perles précieuses
que je donne à qui en a besoin.
 
Les plus belles fleurs poussent parfois sur le fumier.
Dieu sait faire de nos misères et de nos fragilités
une opportunité pour nous unir à Lui.
 
Marie est dans ma vie plus que jamais, elle est mon étoile,
alors que Jésus est mon soleil.
Ma vie est illuminée. Mon coeur est enfin devenu serein.
Je ne me sens plus un enfant non désiré et toujours en trop.
Je suis guéri.
 
Marie est l’air que je respire,
Marie est l’atmosphère de ma vie spirituelle.
 
Marie a initié cette guérison en profondeur.
 
Marie m’a appris à dire oui,
à accueillir l’inattendu,
à me remettre entre les mains de Dieu,
à être libre parce qu’abandonné
et confiant en son amour inconditionnel.
 
Mon foyer est ailleurs. Il m’attend.
 
J’arrive bientôt au bout de mon chemin.
Je suis prêt et sans peur.
Ma vie ne m’appartient plus depuis longtemps,
je la Lui ai donnée sans retour.
 
Je suis donc libre comme je ne l’ai jamais été … quelle grâce !
 
C’est paradoxal, mais c’est ce que je vis.
 
Mon secret désir et ma prière : Ô Marie, accueille-moi lorsque je naîtrai au ciel.
 
En regardant en arrière, je ne regrette rien.
 
J’ai tout perdu, mais Dieu m’a tout rendu autrement et au centuple.
 
La pédagogie de Dieu fut rude,
mais je n’étais qu’un âne têtu et revêche qu’il a fallu mater.
 
Je suis éperdu de reconnaissance, parce que Jésus m’a comblé.
 
« Je sais que Jésus ne peut désirer pour nous de souffrances inutiles et qu’Il ne m’inspirerait pas les désirs que je ressens, s’il ne voulait les combler »
(Thérèse de Lisieux)
 
Texte : Thierry Feller
 
Lire ou téléchargez le livre au format PDF en cliquant sur le bouton ci-dessous :


02/01/2022
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1842 autres membres